fbpx

Le Fronsadais et les vins de côtes

110
Les XXème et XIXème siècles ont beaucoup privilégié les vins de graves (Médoc et Graves) en particulier parce qu’ils s’exportaient aisément par le port de bordeaux et aussi, parce que leur viticulture était beaucoup moins coûteuse que sur les coteaux. Mais auparavant, ce sont les vins des côtes qui tenaient le haut du pavé. Installés le long des coteaux de la Dordogne, ils ne sont pas fondamentalement différents de ce qui fait le succès du vignoble français largement installé en coteaux. Ils représentent plus de 15 % du bordelais avec plus d’un millier d’exploitations. En 2007, ces vins de côtes ont eu la bonne idée de se regrouper sous une bannière unique, côtes de Voir l'article complet sur toutlevin

Autres articles autour du vin