fbpx

Les pessac-léognan, des vins bien urbains

71
Jacques Lurton, en juin 2020. HéLèNE BRUN-PUGINIER /VAL « Ce que j’adore dans l’appellation pessac-léognan, c’est qu’on se connaît tous et que tout le monde est sympa. » Jacques Lurton est très sympa aussi. Avenant, souriant, souple. Sans doute faut-il cette dernière qualité pour occuper le poste de président de l’appellation, ce qu’il fait depuis deux ans. Il en faut d’autres : diriger un domaine, être respecté à la vigne et au chai, être passionné de technologies, avoir une vision collective et la faire partager. Et puis, il a fallu un événement dramatique. En 2019, à l’âge de 60 ans, la vie de Jacques Lurton bascule. Son père, André, meurt. Pas n’importe qui. Cette [...] Voir l'article complet sur Le Monde

Autres articles autour du vin