fbpx

Un gin façon « eau de nuit » intense et parfumée

98
Seventy One s’apprécie sec, éventuellement avec un glaçon, ou, pourquoi pas, avec une faible dose de Lillet blanc pour un dry martini ultra-premium. SEVENTY ONE GIN Le gin est-il un parfum qui se boit ? Pour un distillateur, c’est en tout cas la promesse d’une création presque sans limite : sur une base de baies de genièvre, la catégorie permet toutes les extractions d’agrumes, de fleurs, de bois et d’épices possibles. Sans doute est-ce la raison pour laquelle de plus en plus de marques mettent en avant – souvent exagérément – le côté « parfum » de leur breuvage. Mais, parfois, la comparaison est justifiée, comme avec Seventy One. Soit un élégant flacon rectangulaire contenant un jus légèrement ambré. Sur l’étiquette, la mention « Eau de nuit » laisse à penser [...] Voir l'article complet sur Le Monde

Autres articles autour du vin